ESCAPADES JAPONAISES : Tōkyō et ses alentours

いらっしゃいませ ! (Bienvenue !)


Carte d’identité du pays :

Nom commun :  Japon
Petit nom : « 日本 », le berceau du soleil
Localisation : Asie de l’Est
Population : ≈ 127 millions d’habitants
Capitale : Tōkyō
Devise : le Yen (¥)
Religion : majoritairement shintoïste


Le pourquoi du comment ? :

Étant fan de manga, samouraïs et de culture japonaise (ou asiatique en général) depuis très jeune, j’ai toujours été attirée par le côté surprenant, exubérant mais à la fois très humble, qu’incarne le Japon. C’est donc aujourd’hui que je commence ENFIN mon petit road trip, dans le pays nommé Le berceau du Soleil !

 


Arrivée à Tōkyō :
vendredi 23 Juin 2017

Après un premier voyage en train, d’une durée de deux heures environ, en partance de Strasbourg et à destination de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, me voici enfin arrivée à mon premier hôtel (après 11 heures de vol tout de même !). L’arrivée jusqu’à l’aéroport de Haneda s’est très bien passée ; l’équipage était très agréable, mes voisins de vol aussi, le passage à la douane s’est fait beaucoup plus en douceur qu’aux États-Unis… bref, rien à redire concernant l’organisation du trajet en avion.


Trajet jusqu’à l’hôtel :

C’est une fois sortie de l’aéroport que les choses se sont un peu plus compliquées… En effet, j’avais réservé (avant de partir), une place dans une navette, qui dépose ses passagers de l’aéroport jusqu’aux principaux hôtels de Tōkō. Mon hôtel ne se situant pas trop loin d’un des hôtels desservis dans le quartier de Shinjuku, je n’avais plus qu’à marcher 20 minutes jusqu’à l’hôtel 9 hours Shinjuku-North. Bon, ceci s’est avéré plus périlleux que prévu car j’ai réussi à me perdre… J’ai fini par arriver devant mon hôtel, en taxi…

J’essayerai de prendre l’intérieur d’un taxi japonais la prochaine fois, car cela vaut vraiment le détour !


Première nuit dans un hôtel capsule :

IMG_6323

IMG_6303   IMG_6321

 

Voici donc  la capsule dans laquelle je dors. Ces dernières ne sont étonnement pas trop étroites, comme on pourrait se l’imaginer. Cet étage est réservé aux femmes. Au Japon il est très courant de côtoyer des espaces non mixtes. Les hôtels n’en sont pas exemptés ! Le confort y est très agréable, l’ambiance y est très très calme (il est d’ailleurs précisé à plusieurs reprises, que l’accès à ce couloir se fait dans le plus grand des silences). La propreté est de rigueur (que se soit pour l’espace nuit ou les espaces collectifs). C’est très plaisant ! Encore une fois, l’accueil fait aux clients est très très poli. Dans cet hôtel, le personnel parle anglais, ce qui n’est pas forcément le cas pour tous. Le Japon n’étant pas vraiment un pays pratiquant l’anglais, il est parfois très difficile de s’y déplacer, avec toutes ces indications écrites en japonais.

 

93278717-e1498301230815.jpg

 

 

Un aperçu plus extérieur de l’hôtel dans lequel je dors (pour cette nuit encore). Il est agencé très différemment de ce qui est habituellement fait en France (où ailleurs) ; en effet, l’entrée se fait par ascenseurs, nous amenant directement à la réception, qui est située au 8e étage. Une fois l’enregistrement fait, l’accès aux vestiaires/casiers (pour y déposer un bagage uniquement, les autres devant rester à la réception) se fait à partir des étages 3, 4, 5,  et 6. Les douches/salles de bain se situent au 7e étage (pour les femmes uniquement). En bref, c’est un peu compliqué pour s’y retrouver parfois. Mais cela reste tout de même accessible.

 

 

Voici la vue qu’il y a, quand on se situe au 8e étage (niveau de la réception). Elle donne directement sur la rue, qui de nuit comme de jour, reste très animée !

 

1ère excursion dans Shinjuku : le Japon c’est bien, mais avec le métro et le train, c’est encore mieux, samedi 24 Juin 2017

Pour réaliser mon petit road trip comme prévu, j’ai dû me rendre à la gare de Shinjuku, afin de présenter mon *voucher du JR Pass (préalablement commandé), et obtenir mon Pass. Cela fut un peu compliqué, car malgré le fait que le JR Pass puisse être réservé en anglais, les personnes chargées d’indiquer aux touristes où se situent les posts JR dans les gares, ne parlent pas forcément anglais. Malgré tout, j’ai tout de même réussi à trouver ce fameux office, et ai reçu mon JR Pass. J’ai pris celui valable durant 21 jours car je reste un mois au Japon.

 

france-japon-jrp-japan-rail-pass-jr-pass-3-1

Les transports en communs étant presque tous aussi chers qu’en France, le JR Pass reste une solution plus abordable.

 

 

*Petite explication :
En tant qu’étranger ne résidant pas, ne travaillant pas et ne vivant pas au Japon, la compagnie JR Line, a mis à disposition le JR Pass. Ce Pass (réservé qu’aux étrangers, je le rappelle) permet d’économiser le prix des déplacements, pour les touristes qui souhaitent visiter l’archipel.
En bref, c’est un abonnement de 14 ou 21 jours, vous permettant d’utiliser le métro et certains trains, pour une somme moindre, à comparé de ce qui aurait été dépensé en tickets de métro ou de trains. Mais ATTENTION, le JR Pass (comme son nom l’indique), est utilisable UNIQUEMENT sur les lignes JR. La société JR ne couvre pas l’ensemble de l’archipel, mais une bonne partie quand même. D’ici 2020, elle prévoit la créations de nouvelles lignes, afin de faciliter les déplacements pour les touristes possédant le JR Pass.

Les transports en communs japonais, sont tous aussi casse-tête que les transports français. C’est pourquoi il est indispensable d’avoir en sa possession (en plus du JR Pass, si on est étranger), l’une de ces deux cartes :

index_ph08                   IMG_6263

Personnellement (et je pense que je ne serai pas la seule à vous le conseiller), si vous avez un jour l’intention d’aller au Japon et souhaitez comme moi, visiter d’autres endroits que Tōkyō, privilégiez la carte Suica à la Pasmo.

 

Pourquoi ? : la carte Pasmo est certes utilisable à Tōkyō, ou Kyōto, mais ce n’est pas le cas pour les autres villes de l’archipel. Avec la carte Suica, vous pourrez circuler plus facilement, au-delà de Tōkyō et/ou Kyōto.

Fonctionnalités :
les cartes Pasmo et Suica ne sont pas uniquement des cartes servant à l’utilisation des transports en commun. Elles peuvent aussi être utilisées comme moyen de paiement. La plupart des japonais n’utilisent pas très souvent leur carte bancaire. Ils préfèrent soit payer par espèces, soit directement avec ces cartes, par paiement sans contact.

 

Petite parenthèse (un peu moins sérieuse) :

IMG_6320

 

 

À première vue, il s’agit de simples toilettes. Mais sachez que les toilettes à la japonaises (dernière génération) sont munis d’un nombre important de gadgets ; jets nettoyants, siège chauffant, siège désinfectant, réglage de la pression de l’eau, diffuseur de parfum, musique d’ambiance… et j’en passe ! Donc, si un jour vous devez expérimenter cela, vous aurez été prévenus.

 

 

 

 

 

Premier repas au Japon : un restaurant coréen 🇰🇷

Je ne mentais pas quand je disais que j’apprécie la culture asiatique dans sa généralité. J’ai donc décidé d’aller manger (pour le midi), dans un restaurant coréen. Voici donc le plat que j’ai mangé, qui était très bon mais très très épicé !

Ce n’est pas un mythe, la nourriture au Japon n’est vraiment pas chère (à comparer à la France). Pour moins de 8€ il est possible d’avoir un plat (qui comme vous le voyez est assez consistant), ainsi qu’une boisson.


위하여
(Bon appétit) !

 

DSC_0022

 

Pour terminer avec ma journée du 24 Juin 2017, voici quelques photos prises de jour et de nuit  :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Changement d’hôtel : direction le parc d’Ueno, dimanche 25 Juin 2017

Comme cela était prévu, je ne devais dormir que deux nuits dans ma fameuse capsule. Vers 10:00 heures, j’ai donc quitté l’hôtel situé à Shinjuku, pour celui situé dans le quartier d’Ueno : le Centurion Ladies Hostel Ueno Park. Je voulais prendre le métro afin de m’y rendre, mais… les choses se sont compliquées, à partir du moment où je suis sortie de l’hôtel ; il était dimanche, le quartier était rempli de touristes et de japonais, bien trop pressés. Avec mes deux valises et mon petit sac, il était vraiment trop compliqué de voyager dans ces conditions là ! J’ai donc opté (à nouveau), pour la prise d’un taxi. La première fois que j’avais pris le  taxi, c’était le soir de mon arrivée à Tōkyō. Cela s’était avéré être assez facile. Pour cette fois, c’était tout l’inverse ; les dimanches, beaucoup plus de personnes sortent et donc les taxis sont davantage utilisés. J’ai alors demandé de l’aide à deux personnes, qui ont gentiment arrêté un taxi, et précisé l’adresse de mon hôtel, au chauffeur.

J’ai pu un petit peu discuter avec le chauffeur. Il ne parlait pas beaucoup anglais alors nous avons conversé en japonais (ce fut bien drôle d’ailleurs, car j’ai pu mettre en pratique mon apprentissage de cette langue). Il est vrai que peu importe l’endroit où l’on se situe, les français sont toujours très bien perçus. Mon chauffeur de taxi apprécie lui aussi, la culture française (surtout les films, qu’il juge plus réalistes que les films japonais ou américains).

Au bout d’une trentaine de minutes et après que mon chauffeur a déposé mes bagages jusque dans l’hôtel (ce qui est très courant au Japon), j’ai pu accéder au dortoir (équivalent d’une « auberge de jeunesse ») dans lequel je vais y séjourner douze jours (jusqu’au 7 juillet).


Voici donc quelques clichés de l’hôtel :

 


J’ai tout de suite déposé mes affaires, afin d’aller découvrir l’environnement extérieur. Comme vous pourrez le voir, le quartier d’Ueno est à la fois très urbain mais avec beaucoup de verdure :

 

Après ma première sortie dans le quartier, j’ai trouvé ce petit restaurant Thaïlandais ; le Mae-An. L’entrée étant assez atypique, je m’y suis alors aventurée (sans regrets) :

 

 

Comme à chaque fin de journée, voici un petit diaporama regroupant les photos prises aujourd’hui :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Changement de programme : un très bon moment passé au Sanctuaire de Nezu, lundi 26 Juin 2017

Initialement, mon programme d’aujourd’hui était :
– visite du musée du Parasite, à Meguro
– balade dans le Koishikawa Kōraku-en
– visite du Sanctuaire de Nezu

Mais finalement, le musée étant fermé (car nous sommes lundi) et que je me suis trompée de jardin botanique, j’ai finalement décidé de me promener dans les alentours de Meguro, où j’y ai mangé des ramens*, pour le midi :

 


*Petite explication :
Le plat appelé « ramen« , désigne la sorte de pâte servie dans ce plat.
Un ramen se compose généralement ; d’un bouillon (soja, légumes…), de tofu, de pousses de soja, d’une viande (bœuf, porc, poulet, canard) ou d’un crustacé/poisson, de feuilles de Nori (algues vertes), d’œuf etc. Il existe différentes variantes en fonction du lieux où l’on se trouve. Il est parfois possible de manger un ramen avec du surimi japonais. 

Pour ce qui est des autres types de pâtes, il existe les « udon » (sortes de ramen très épais) ou les « vermicelles » (je ne pense pas avoir besoin de préciser ce que c’est). 

Une fois mon repas terminé, je suis allée au Sanctuaire de Nezu. Voici quelques clichés de cet environnement riche, de part son histoire et son aura :


En soirée, je me suis aventurée vers Akihabara. J’ai entraperçu quelques édifices caractéristiques de l’univers des manga/animés, mais je me suis encore perdue.. J’ai donc continué mon chemin, sans trop savoir où j’allais (les aléas des voyages…) Mais cette aventure n’aura pas été veine, car j’ai rencontré un fabuleux groupe d’étudiants (en BTS tourisme), accompagné de leurs professeurs, et originaires de la Nouvelle Calédonie. Ils cherchaient un endroit pour boire et manger. Ne connaissant pas suffisamment bien le quartier, nous sommes partis à la recherche d’un endroit sympa (pouvant accueillir onze personnes, tout de même). C’est donc comme cela que j’ai fini par manger avec ces personnes. Nous avons bien rigolé et discuté. C’était une rencontre très agréable !

 

Petit diaporama de ma brève excursion à Akihabara :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Visite du quartier d’Ikebukuro : passage obligé à l’Otome road, mardi 27 Juin 2017

Aujourd’hui je me suis accordée une petite grasse-matinée. Je n’ai quitté l’hôtel que vers 14 heures. Cela n’était pas un soucis, car le lieu de visite du jour était Ikebukuro. C’est à environ 30 minutes du quartier d’Ueno. J’ai donc pris le métro afin de me rendre jusque là-bas. Une fois arrivée à la station d’Ikebukuro, je me suis un petit peu promenée :

DSC_0402DSC_0403DSC_0404DSC_0407DSC_0408

 

 

 

 

DSC_0405
Ensuite, je suis partie à la recherche d’un endroit où manger. Je n’avais (comme toujours) pas vraiment d’idée de ce que je voulais comme repas. J’ai opté pour un restaurant en bord de rue. J’y ai pris un déjeuner quelque peu conséquent…

 

 

Je n’imaginais pas recevoir un plat aussi fourni :

 

DSC_0412

Il s’agit donc d’un plat de ramen (à droite), accompagné d’un bol de riz et de quatre gyozas.

 

Une fois mon repas enfin terminé, je me suis dirigée vers ma rue de prédilection ; l’Otome* road !

 


*Petite explication :
Un « otome » /otomé/ est un jeux (initialement pour les jeunes filles) accessible sur smartphones, tablettes ou ordinateurs (pour certains). Les otomes permettent de vivre des histoires virtuelles, dans un univers plus ou moins proche de la réalité… Il s’agit le plus souvent d’histoires d’amours (comme les manga de type shōjō), où la joueuse incarne l’héroïne de l’histoire. Il existe bien entendu plusieurs déclinaisons, beaucoup moins à l’eau de rose

Je n’y suis malheureusement pas restée longtemps car j’avais rendez-vous avec une de mes amies japonaises, vivant près de Tōkyō. Elle s’appelle Ena. On s’est rencontrées en France, au courant de son année passée dans le campus universitaire de Strasbourg.
Les japonais étant des personnes dînant assez tôt, il était convenu de se retrouver à 17h30, pour aller manger dans un restaurant faisant des sushis. C’était donc la première fois que je mangeais de vrais sushis japonais !! En voici quelques images :

 

Il s’agit de thé vert en poudre.

 

Une fois la quantité de poudre de thé vert versée, il n’y a plus qu’à ajouter l’eau chaude, servie ici par le robinet.

 

Sur cette vidéo vous pourrez apercevoir mon amie Ena. Vous pourrez aussi constater qu’il existe vraiment différentes sortes de sushis…

 

IMG_6348

 

En haut de l’image, il s’agit d’un sushis avec du bœuf confit dessus. En bas il s’agit de *makis au saumon


*Petite explication
:

À la différence des sushis, les « makis » sont composés de feuille de Nori (algue qui entoure le maki). Les sushis ne possèdent pas de feuille de Nori (en tout cas, la plupart du temps). Il s’agit uniquement d’un tas de riz oval, recouvert de poisson (généralement), de viande ou de légumes. Il est aussi possible de goûter des sushis et des makis sucrés.
IMG_6349

 

 

Sur cette photo, on peut voir tout en haut, un sushi recouvert d’une tranche de bœuf, accompagné de son morceau de « foie gras ». Je mets « foie gras » entre guillemets car il ne s’agissait pas du foie gras que l’on a l’habitude de manger en France…

En bas de l’image, c’est un maki à l’avocat, omelette et au bœuf frit, le tout recouvert d’œufs de poisson.

いただきます /Itadakimasu/ (Bon appétit) !

 

 

 

Voici le diaporama récapitulatif du jour : 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Visite du Parc d’Ueno : petite mise au vert, mercredi 28 Juin 2017

Voulant initialement visiter le musée des Sciences, également situé dans le grand parc d’Ueno, je n’ai malheureusement pas pu, car il était fermé. J’ai donc choisi de visiter celui juste à coté ; le Musée National de l’Art Occidental. Il ne faisait pas parti de ma liste, mais n’étant pas loin, je me suis dit pourquoi pas ? :

 

 

Il n’était pas autorisé de prendre de photos durant la visite, car l’entrée que j’ai choisie, portait sur l’exposition temporaire, d’artistes autrichiens, tel que Giuseppe ARCIMBOLDO. Plusieurs de ses tableaux les plus connus, y sont exposés, comme Les Saisons, Le Juriste, Le Feu, ou quelques portraits et autoportraits.
Ce fut une découverte agréable. Je conseille ce musée aux amoureux de l’art (à l’occidentale) !

J’ai ensuite continué mon petit tour et suis tombée par hasard sur ce Temple, vestige de la période d’Edo. En voici quelques clichés :

 

 


En début d’après-midi, je me suis rendue dans un marché. J’y ai acheté des baguettes, ainsi que d’autres petites choses, toutes fabriquées au Japon :

 

 

Durant ma promenade, j’ai aperçu ce restaurant de pâtes. Ce n’était pas le premier que je voyais. Je me suis donc laissée tenter (toujours sans regrets) :

 

 

Pour terminer avec ma journée dans le Parc d’Ueno, voici le diaporama récapitulatif, habituel :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

 

 

 

De Ryōgoku à Roppongi : passerelle entre le monde des Sumō et celui des dōbutsu cafés, jeudi 29 Juin 2017

Mon programme d’aujourd’hui était assez particulier. Je me suis rendue dans le quartier de Ryōgoku, pour visiter le Sumō Hall. J’aurai aimé pouvoir assister à un combat de sumō en direct, mais ceci n’était malheureusement pas possible. Je me suis donc contentée du petit musée (gratuit), situé pas très loin de la gare, et juste à côté du grand bâtiment où à lieu les combats. En voici quelques images (que de l’extérieur encore une fois, car les photos n’étaient pas autorisées dans l’enceinte du bâtiment) :

 

 

Je me suis par la suite baladée dans ce même quartier. J’ai trouvé par hasard, un petit parc, situé juste à côté du musée. J’y suis restée un bon moment car l’environnement y était très agréable :

 

 

Pour le repas de midi, je me suis arrêtée, dans un restaurant qui servait des spécialités Indiennes. J’ai donc choisi de manger un curry au poulet, accompagné de son Naan :

 

DSC_0684.JPG

 

Après ma petite pause en Inde, me voilà de retour en Asie, dans le quartier de Roppongi. Ce quartier est très célèbre, principalement parce qu’il abrite la fameuse Tour de Tōkyō (qui ressemble étrangement à notre Tour Eiffel… ). Voilà donc quelques photos de cette tour, et des alentours :

 

 

Le dernier passage important de mon excursion dans Roppongi, était un
動物カフエ /dōbutsu kafue. Pour la petite histoire, les dōbutsu/動物/ (qui signifie animal/-aux en japonais) カフェ/kafue/ (qui signifie cafés, le lieu), sont des endroits où il est à la fois possible de boire un petit quelque chose, tout en caressant un animal. L’objectif premier de ce genre de cafés, est de redonner aux animaux (qui le plus souvent, ont été retrouvés dans la rue, abandonnés par leur ancien(s) propriétaire(s) ou tout simplement blessés), un foyer, ainsi que de se réconcilier avec l’être humain. Pour certains cafés (notamment ceux accueillant des chiens ou des chats), il est possible d’adopter ces animaux. Plusieurs types de dōbutsu cafés existent aujourd’hui ; les 猫/neko cafés (avec des chats), les 犬/inu cafés (avec des chiens), les ネズミ/nezumi cafés (avec des souris), les 梟/fukurō cafés (avec des hiboux), les 兎/usagi cafés (avec des lapins) et même avec des hérissons. J’ai opté pour ce dernier. Voici donc les photos prises dans cet harinezumi café (littéralement, un café hérisson) :

 

 

 

 

Je m’arrête là en ce qui concerne ma journée du 29 Juin. J’espère que cette expérience dans un dōbutsu café vous a autant plu qu’à moi ! Car en ce qui me concerne, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce moment permis les hérissons.

 

Voici le diaporama récapitulatif du jour :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Bonne journée !

 

Une journée à Shinagawa : nos amis de l’océan, vendredi 30 Juin 2017

Pour le programme de cette journée, il était convenu que je rencontre une amie Japonaise, pour la première fois. Elle s’appelle Yūko et habite près de Tōkyō. Nous avons décidé d’aller à l’Aquarium de Shinagawa ; l’Aqua Park. En voici un aperçu :

 

 

Durant la visite, plusieurs petits spectacles avec des animaux étaient présentés. Il y avait par exemple, plusieurs représentations de spectacles avec des dauphins, d’autres avec des pingouins, une otarie etc. C’est avec grand plaisir que nous avons assisté à ces trois représentations (enfin quatre, si on compte les deux spectacles de dauphins, en journée et en soirée) :

 

Le spectacle des dauphins (en journée).

 

 

 

Le spectacle des pingouins.

 

Le spectacle de l’otarie.

 

Le spectacle des dauphins (en soirée)

 

 

Une fois notre première visite de l’aquarium terminée, nous nous sommes installées dans un café, au style Amish et à l’ambiance tout sauf japonaise haha.

 

DSC_0896
En soirée, nous sommes allées manger dans un restaurant de Ramens. Le service était très agréable, l’ambiance et la nourriture aussi :

 

img_6381-e1498830299197.jpg

 

Voici donc les photos que j’ai prises durant cette journée à Shinagawa. L’Aqua Park est vraiment un endroit très sympa, que je conseille fortement à tous les amoureux des animaux des fonds marins.

 

Petit diaporama récapitulatif habituel :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Allez, bonne nuit !

 

 


Visite du Sensō-ji :
un samedi assez innovateur, samedi 1er Juillet 2017 

Le Sensō-ji est le plus vieux temple bouddhiste de Tōkyō. Il se situe dans le quartier d’Asakusa, au bord de la rivière Sumida. C’est un lieu touristique très connu, de part la beauté qu’il dégage. Ce fut une très bonne découverte (quelque peu compliquée, étant donné le nombre important de visiteurs) !

 

Voici donc quelques clichés :

 

 

Par la suite, je me suis promenée dans les alentours. Plusieurs magasins sont à disposition, ainsi que de quoi se restaurer :

 

 

Le temple d’Asakusa est une étape que je conseille fortement. Même s’il est difficile d’échapper à son nombre important de visiteurs, le site reste tout de même incroyable. Akasuka est un quartier où il fait bon de s’y promener !
Et pour finir avec Akasuka, voici mon diaporama récapitulatif :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Une journée à Urayasu : des rencontres inoubliables, dimanche 2 Juillet 2017 

Aujourd’hui,  je suis allée chez mon amie japonaise Ena. Nous nous sommes données rendez-vous à la station de Yūrakuchō. La ligne de métro que je prends habituellement (soit la JR Line), a connu aujourd’hui quelques soucis, qui ont immobilisé la circulation du métro, pendant une petite demi-heure. L’organisation des sociétés de transports japonaises, étant tout de même beaucoup plus efficace que celle des sociétés françaises, ce désagrément à vite été résolu !
Nous avons ensuite pris le métro pour aller jusqu’à Urayasu (quartier non loin de Tōkyō). Ce quartier est très agréable, que se soit pour son accès (on traverse la rivière d’Ara-kawa, passe devant le Disneyland de Tōkyō et traverse un paysage à la fois urbain mais beaucoup plus espacé et résidentiel), que pour son calme. En effet, une fois arrivé sur place, il est facile de constater un changement bien radical, par rapport à l’ambiance des quartiers comme Shinjuku ou Roppongi ! C’est à la fois très agréable et reposant.

Avec la maman de mon amie, nous avons fait une petite visite du centre, avant d’aller manger. Nous sommes tombées sur un petit *sanctuaire, lieu dans lequel les japonais ont l’habitude de s’y rendre, afin de célébrer un mariage ou un baptême (d’un enfant de moins de 5 jours). En voici quelques images :

 


Je le rappelle, si vous souhaitez un jour pouvoir participer à n’importe quel rite shintoïste, il est obligatoire de passer par la case « purification » (cf. la première photo ci-dessus). Pour cela, il faut prendre le récipient en bambou, verser de l’eau sur sa main gauche, verser de l’eau sur sa main droite, prendre de l’eau à partir de la petite fontaine, purifier sa bouche avec cette même eau, et le rituel est terminé ! Si vous souhaitez faire une prière, comme le font les shintoïstes, il faut tout d’abord faire une offrande (en général il s’agit d’argent), s’incliner deux fois, faire sa prière, taper deux fois dans les mains et s’incliner une dernière fois.
Dans certains temples ou sanctuaires, une grosse cloche est accrochée au dessus du lieu de prière. Si c’est le cas, n’oubliez pas de tirer (deux fois) sur la corde de celle-ci, une fois que vous aurez fini votre prière (mais avant de vous incliner une dernière fois).
Il est courant de voir certains papiers accrochés à des arbres. Cela représente les vœux que des personnes ont écrites, puis accroché à ces arbres, afin que leur(s) vœu(x) soi(en)t exocé(s).

 

*Petite explication :
J’ai employé deux termes différents, afin de qualifier les monuments sacrés les plus présents au Japon ; Sanctuaires et Temples. Quelle est la différence ? C’est très simple :
Temple : est un mot employé pour désigner les lieux de recueillements bouddhistes. Afin de les différencier, les Japonais ajoutent les suffixes -ji, -dera ou quelque fois -in.
Sanctuaire : mot employé pour désigner les lieux de recueillements shintoïstes (« religion »/philosophie de vie, propre au Japon)

Cela peut paraitre un petit peu « compliqué », mais reste néanmoins très important pour les shintoïstes et les bouddhistes. Voilà donc pour ce qu’il en est des visites dans des lieux sacrés !

 

Pour le repas de midi, nous nous sommes rendues dans un petit restaurant japonais très typique (toujours dans le quartier d’Urayasu). Les plats étaient joliment servis et très délicieux ! :

 


*Petite explication
:

えび/ebi/ qui signifie « crevette » et カツ丼/katsudon/ désigne un plat (quelque chose) à base de riz
うどん/udon/ désigne comme je l’avais précisé un peu plus haut, des espèces de grosses nouilles. L’aspect peut paraître un peu surprenant, mais le gout y est 👌🏾.

Après le restaurant, avec mon amie, nous sommes allées visiter un petit musée, situé pas très loin. Ce musée raconte le passé de cette ville, qui vivait à l’époque, principalement de la pêche. C’est un endroit rempli d’histoire et magnifiquement présenté. Je le conseille également à tous les amoureux d’Histoire :

 


Je m’arrête ici dans le récit de cette fabuleuse journée ! Je remercie énormément la famille et les amis d’Ena, car j’ai passé un moment très agréable en leur compagnie. J’ai découvert pleins de nouvelles choses et me suis faite pleins de nouveaux souvenirs.

 

Voici mon diaporama récapitulatif du jour, bonne journée à tous ! :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Un gros coup de cœur : visite de Yokohama et rencontre d’une famille au top, mardi 4 Juillet 2017

Dans mon groupe d’amis japonais, rencontré en France, il y a notamment Ena (présenté un peu plus haut), mais aussi Sumito. C’est un japonais originaire de Yokohama, qui étudie actuellement à l’Université de Strasbourg.
Sachant que j’allais venir visiter sa ville, il a convenu avec sa famille de m’accueillir chez eux, le temps d’une journée et de me faire découvrir la ville par la même occasion. Lui étant resté en France, je me suis donc aventurée aujourd’hui jusqu’à Yokohama.

Le trajet en métro, de Tōkyō à Yokohama, offre un paysage fantastique. On constate un changement radical du paysage très urbain, pour un paysage plus espacé, plus fleuri et plus verdoyant !

Je suis descendue à Motomachi Chūkagai, station à laquelle m’attendait la sœur de mon ami ; Momoko, accompagnée de son enfant.
Nous nous sommes alors baladés dans le centre, notamment à China Town :

 


Puis nous nous sommes dirigés vers le port de Yokohama. C’est un magnifique paysage qui s’offre à nous :

 

 

Nous avons marché jusqu’à la gare maritime de Yokohama. Le bâtiment est impressionnant, de part son architecture et la vue qu’il offre depuis son toit :

 

 

Une fois la visite du centre et du port de Yokohama terminée, nous avons mangé dans un restaurant Japonais, proposant un buffet à volonté. Vous constaterez que le système Japonais est très différent du notre, rien qu’en regardant les assiettes :

 

DSC_0096.JPG

 

Plus tard dans l’après-midi, nous sommes allés dans un musée, situé pas très loin des grands magasins. J’ai pu revoir des hérissons et découvrir encore de nouvelles choses :

 

 

Pour terminer la journée, nous avons mangé tous ensemble chez la maman de mon ami. Avant de nous y rendre, nous avons fait un arrêt au supermarché, afin d’y acheter principalement des gyōzas :

 

 

 

 

Voici le diaporama de la journée :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Je cloture le récit de cette fabuleuse journée, en adressant une nouvelle fois, tous mes remerciements à Sumito et sa famille. MERCI de m’avoir si gentiment accueilli et fait visiter cette ville que j’ai tant appréciée. C’est avec grand plaisir que je reviendrai à Yokohama !

 

Changement de décor : rendez-vous à Kamakura, mercredi 5 Juillet 2017 

Après Yokohama, me voilà à Kamakura, qui se situe à quelques kilomètres de Yokohama. C’est un endroit à la fois très rural (on reconnait le côté japonais ancien), maritime et touristique (de part les nombreux temples qui s’y trouvent). J’ai beaucoup aimé cette journée, car le paysage était magnifique. Voici mes photos à Kamakura :

 

 

Pour le repas de midi, je me suis arrêtée dans un restaurant proposant des spécialités japonaises. J’ai donc commandé le plat « ebi udon » (encore une fois…). Il s’agit d’un plat japonais, à base de riz type Japonica, recouvert d’une omelette avec des oignons, ainsi que de crevettes frites. On accompagne très souvent ce plat d’une soupe « miso » (à droite de l’image), et/ou de petits légumes.  いただきます (Bon appétit) !

 

IMG_6475

 

Kamakura est connue pour abriter une grande statue de Bouddha. J’y suis donc allée, et en effet, c’est un lieu qu’il ne faut absolument pas manquer :

 

 

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible d’aller à l’intérieur de la statue de Bouddha. Il faudra néanmoins rajouter un petit supplément (en plus du prix d’entrée). Mais cela reste plus qu’abordable !

Comme je le disais un peu plus haut, Kamakura est un endroit maritime, car il est bordé par la Baie de Sagami. Il est agréable de se balader le long de la plage et de voir le nombre important de restaurants en bord de mer. Rencontre entre les surfeurs, pêcheurs, restaurateurs, touristes ou simples habitants, il y en a pour tous les goûts !

 

 

J’ai aussi fait une petite halte dans le grand Parc de Kamaruka. Voici quelques photos :

 


Je m’arrête ici, en espérant que cette balade à Kamakura vous a été agréable !


Petit
diaporama récapitulatif, bonne journée ! :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Dernière journée à Tōkyō, avant mon départ pour l’Ouest du Japon : un après-midi dans le grand parc de Shinjuku Gyoen, jeudi 6 Juillet 2017 

Après déjà deux semaines passées dans la Préfecture de Tōkyō, me voilà déjà à la veille de mon départ pour Ōsaka. C’est un peu avec nostalgie que j’ai aujourd’hui préparé mes bagages. Le fait de quitter Tōkyō (même si c’est pour quelques jours), implique aussi de quitter mes amis de la capitale…
Mais c’est tout de même avec grand plaisir que je retrouverai mes amies de Kyōto et Nagoya !!
Voici donc mes « derniers » clichés, en tant que voyageuse dans la capitale Nippone :

 

 

Pas de diaporama récapitulatif pour cette fois, je pense avoir partagé assez de clichés de ce magnifique parc. Voilà pour la première partie de mon aventure à Tōkyō, j’espère que vous avez appréciez cette visite. Je vous dit à dans quelques jours, pour la suite de mon aventure japonaise. Voici le lien de ma deuxième partie de mon récit au Japon : https://nanitravels.blog/2017/07/06/escapades-japonaises-de-osaka-a-nagoya/.

さようなら (Au revoir)✌🏾👋🏾!

 

 

2 réflexions sur “ESCAPADES JAPONAISES : Tōkyō et ses alentours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s